UNE CATASTROPHE «NATIONALE»: à quel point les dépenses folles et imprudentes ont envoyé le premier et le dernier quotidien sportif de ce pays à une tombe précoce – de quelqu'un qui était là-bas

Né dans le couloir de la mort, le National Sports Daily a péri de lui-même il y a 30 ans aujourd'hui, le 13 juin 1991.

Le titre criant de la première page de la dernière édition du premier et, à ce jour, le seul quotidien américain consacré au sport : « WE HAD A BALL. » La moitié a dû tomber sur le sol de la salle de composition. Il aurait dû se lire : « NOUS AVONS EU UNE BALLE … ET L'AISSONS LÂCHÉE ».

Là encore, cela aurait demandé de l'humilité, jamais l'une des nombreuses forces de The National.

Une autopsie aurait révélé la cause du décès comme des dépenses imprudentes précédées d'une planification pré-lancement précipitée et terriblement inadéquate. Un échec à comprendre comment l'imprimer et le distribuer avec quelque chose qui ressemble même de loin à la rentabilité, des choses qui auraient dû être aplanies bien avant de rassembler un personnel, l'a voué à l'échec dès le début.

"C'était un excellent produit et une très mauvaise affaire", a déclaré Lester Munson, dont la star en tant que journaliste d'investigation/expert juridique est née au National. « Ils n'ont jamais pu trouver comment mettre les journaux entre les mains des lecteurs. C'était terrible."

Le National, la plus grande collection d'écrivains sportifs jamais réunis, a duré 16 mois et demi. C'est dommage que ça passe si vite. C'est incroyable que ça ait duré si longtemps. Les estimations de la part de l'argent du milliardaire mexicain Emilio Azcarraga que l'organisation a dépensé vont de 100 millions de dollars à 125 millions de dollars à 150 millions de dollars. Et c'était à l'époque où 150 millions de dollars, c'était beaucoup d'argent.

Peter Price (assis), éditeur de The National photographié avec le rédacteur en chef, Frank Deford, le 3 décembre 1989.

Mettre un groupe de personnes qui gagnaient leur vie à faire résonner les mots en charge des chiffres nécessaires pour fonctionner avec un budget réalisable n'avait pas beaucoup plus de sens alors que de mettre des opérateurs de fonds spéculatifs en charge des décisions de personnel éditorial dans les journaux maintenant.

À bien des égards, The National était en avance sur son temps, ce qui tour à tour me rendait fier de faire partie du personnel et me terrifiait. Ce fut la première publication à inclure les moyennes au bâton dans les boxscores. Et malheureusement pas le dernier à laisser les employés se sentir comme s'ils travaillaient dans l'ombre d'une guillotine qui planait au-dessus du cou de nos carrières, une réalité incontournable pour la majorité des journalistes de presse d'aujourd'hui.

Le visage de l'opération était fringant, faisant à juste titre des comparaisons avec la star de cinéma Clark Gable, et ses mots étaient encore plus jolis. Les longs métrages de Frank Deford pour Sports Illustrated ont amené l'écriture sportive à de nouveaux sommets. La teneur de sa voix et la profondeur de ses paroles le rendaient parfaitement adapté pour les commentaires sur "Morning Edition" de la National Public Radio. Son esprit brillant et son âme douce l'ont fait résonner auprès des lecteurs de SI et des auditeurs de NPR, qui ont entendu son dernier commentaire le 3 mai 2017, 25 jours avant sa mort.

Dans le cadre de ses fonctions au National, Deford a écrit une chronique. Ce n'était pas la bonne plateforme pour lui. Beaucoup au journal étaient des chroniqueurs plus convaincants: Norman Chad, Dave Kindred, Mike Lupica, Scott Ostler, Ray Ratto, John McGrath, Bud Shaw, largement sous-estimé Lyle Spencer et d'autres, certains maudits avec des egos si énormes qu'ils pourraient un jour faire un voyage spécial pour cracher sur ma tombe pour avoir omis de les mentionner ici.

Pourtant, même si les chroniques de Deford ne rivalisaient pas avec ses caractéristiques et ses commentaires, elles n'ont pas manqué la cible dans la mesure où ses mots dactylographiés qui ont été envoyés aux membres du personnel de The National dans des lettres types, qu'il a adressées personnellement et signées de son violet feutre, raté. Plus sur ceux plus tard.

Les débuts du National ont été retardés de plusieurs semaines en raison de problèmes technologiques qui, si ma mémoire est bonne, avaient quelque chose à voir avec le fait de faire rebondir des mots sur un satellite et de les faire miraculeusement apparaître sur papier. Il est finalement né le 31 janvier 1990, sorti dans trois villes : New York, Chicago et Los Angeles. Les couvertures étaient brillantes, les histoires si bien rapportées, écrites et éditées.

Les premiers numéros du National sur les marchés de New York, Chicago et LA.

Les grands esprits au sommet de la publication, de l'éditeur Peter Price à Deford en passant par les éditeurs Van McKenzie et Vince Doria, ont apparemment pensé à tout ce qui en faisait une lecture incontournable pour tout type de consommateur d'actualités sportives.

Price et Deford ont puisé dans leur passé commun pour recruter Munson, un coéquipier du journal de leur campus "The Princetonian", et l'ont converti en journaliste sportif. À ce jour, Munson se décrit comme «un avocat en convalescence». Il s'est rapidement imposé comme la principale figure des médias sportifs sur toutes les questions juridiques, brillant plus tard à Sports Illustrated et ESPN.

Munson était une rock star, tout comme Kim Cunningham, qui avait juste la bonne touche de chuchotement pour transmettre les pépites juteuses qu'elle a dénichées dans sa colonne de potins. Personne n'a attiré plus d'attention sur The National, cependant, que Chad, qui avait passé la majeure partie de sa carrière en tant que rédacteur en chef et chroniqueur télévisé au Washington Post.

"Norman Chad était hystérique à chaque fois qu'il écrivait", a déclaré Munson, vivant toujours à Chicago et essayant de raviver son amour de la vie contagieux qui a été touché par la mort de sa femme et de son âme sœur d'un cancer . "Je me souviens de Judy qui lisait ses chroniques à haute voix, et elle pouvait à peine les lire, elle riait tellement fort."

J'ai travaillé au bureau de Chicago, embauché à l'origine comme rédacteur de beats des Cubs, puis je suis passé à reporter d'affectation générale lorsque le journal a cessé de couvrir les beats à peu près à mi-chemin de sa durée.

Lorsque Shaw, initialement chef du bureau de Chicago (neuf profondeur), puis du bureau d'un seul homme de Detroit, a donné les noms de ses embauches à son ami Tom Stinson, en commençant par John McGrath, Mark Vancil, Michael Knisley et, comme OJ aime se référer à lui-même dans ses tweets vidéo, "bien à vous". Stinson l'interrompit : « Ce n'est pas un bureau ; c'est un bar et un grill.

Nous n'avons rien fait pour réfuter cette caractérisation car la date de lancement a été repoussée, et nous tirions déjà des chèques de paie pour avoir écrit des nécrologies sur des personnalités sportives qui avaient survécu à The National. Ma nécrologie de Leo Durocher n'a jamais été publiée : "Le méchant homme de baseball qui a dit:" Les gentils, finissent derniers ", a fini de vivre. "

Un cheval de labour parmi les pur-sang, j'ai eu une signature dans la première édition de The National, ainsi que la dernière, et la plupart entre les deux. La première histoire, déposée sur mes genoux par Kindred, a fait sensation.

Il vivait à Newnan, en Géorgie à l'époque, et a repéré quelques paragraphes dans le journal hyperlocal. L'ex-épouse du voltigeur de centre des Cubs Jerome Walton, recrue de l'année de la Ligue nationale en 1989, avait déposé une plainte contre Walton. Dans le rapport de police, elle a accusé Walton de l'avoir frappée "à la tête". L'histoire n'avait pas été rapportée ailleurs. Lors d'un entretien téléphonique avec elle, elle m'a révélé qu'elle avait proposé de laisser tomber l'affaire en échange d'une petite somme d'argent. J'ai transmis cela à l'avocat de Walton, Skin Edge, qui avait l'air heureux d'entendre cela. Plus tard dans la nuit, l'ex-femme de Walton a rappelé et m'a demandé de ne pas utiliser la partie proposant d'abandonner les accusations en échange d'argent. Je lui ai dit au téléphone de ma chambre d'hôtel que je ne pouvais pas faire ça. Elle a proposé de venir en discuter en personne. De nouveau,Je lui ai dit que je ne pouvais pas faire ça.

Ce n'était pas la première demande d'abandonner mon histoire. Cela venait de Walton. Je l'avais appelé pour lui dire que je volais de Chicago pour l'interviewer au sujet de son intersaison et il m'a demandé si je pouvais venir le chercher à l'aéroport d'Atlanta et lui a transmis ses informations de vol. Lors de notre trajet jusqu'à son domicile à Newnan, alors que je conduisais à 80 mph, j'ai révélé que je devais lui poser des questions sur l'incident. Il est entré en éruption, puis j'ai pu voir la lumière s'éteindre dans sa tête alors qu'il se calmait et à son tour mon pied a relâché l'accélérateur : « J'ai compris. Tu dis juste à ton patron que Jérôme ne veut pas de ça dans le journal à Chicago.

Plutôt que de lui faire la leçon sur l'éthique du journalisme, mon instinct de survie s'est réveillé et je lui ai dit un petit mensonge contraire à l'éthique : « J'ai déjà essayé ça, Jérôme, et il m'a dit que je devais l'écrire de toute façon.

Des années plus tard, alors que je travaillais pour le New York Post, j'ai déjà essayé de marteler ma voiture de location en Floride jusqu'à 117 mph afin de pouvoir écrire ce que je ressentais après l'arrestation de Doc Gooden pour avoir roulé à cette vitesse avec un conteneur ouvert dans la voiture. Ma voiture de location a commencé à trembler à 105, alors je l'ai ramenée et roulait à 90 quand un flic m'a zappé avec le pistolet radar. Secouer à cause de la vitesse ce jour-là en Floride n'était pas aussi terrifiant que de secouer la vue (périphérique) et le son de Walton qui le perdait à côté de moi. Mes craintes étaient injustifiées. Le timide Walton ne m'en a jamais voulu.

De grands noms, aucun plus grand que John Feinstein, avec des jeux puissants ont rempli les pages d'histoires qui ont jailli de pages intelligemment conçues. Les détectives Chris Mortensen, Jeffrey Marx et Ken Gurnick, les écrivains soyeux Gordon Edes et Chuck Culpepper, lui ont donné l'impression d'un magazine quotidien.

Le National n'a épargné aucune dépense pour réunir des rédacteurs (Rob Fleder, David Granger, Dan McGrath, pour n'en nommer que quelques-uns) doués pour inspirer des idées d'histoires, repérer les failles dans les reportages et peaufiner les mots pour les faire ressortir encore plus. Même les pages de statistiques semblaient plus fluides et contenaient des informations plus détaillées, grâce à Lee Gordon.

Le journal tabloïd était centré sur un article à emporter quotidien « Main Event » écrit par des auteurs comme Charles P. Pierce, Peter Richmond et Johnette Howard.

Une partie de ce qui a rendu The National si grand était la volonté des patrons de dépenser de l'argent comme s'il provenait de l'usine qui produit les jeux de société Monopoly.

Knisley, qui a commencé son séjour au National en tant que journaliste basé à Chicago sur le rythme universitaire et a terminé en tant que rédacteur en chef de la boxe et de la NFL, s'est souvenu d'un cas où les dépenses importantes du National ont plus que payé.

La plupart des publications américaines n'ont pas dépensé pour envoyer un journaliste à Tokyo pour couvrir ce qui était sûrement un clin d'œil de Mike Tyson et vous l'avez manqué en découpant un challenger surclassé, cette conserve de tomates en attente nommée Buster Douglas. Sam Donnellon, une autre grande trouvaille des dépisteurs de talents de The National, était au Tokyo Dome pour capturer le plus grand bouleversement de l'histoire de la boxe des poids lourds.

Tyson s'est énervé à Tokyo et The National est là… et ils ont demandé ce qui s'était passé peu de temps après avec ces dépenses.

Sur le revers de l'approche de The National à la pièce d'Azcárraga, la plupart d'entre nous qui, jusqu'à ce qu'ils rejoignent le journal, se plaignaient régulièrement de l'avarice de nos employeurs, ont des histoires de dépenses excessives.

Le mien : à la dernière minute, j'ai été chargé de couvrir un match de basket à Memphis dans le Tennessee. J'ai rappelé les rédacteurs au bureau pour les informer que je ne pouvais pas trouver un vol moins cher que 900 $, et on m'a dit de le réserver.

Après mon arrivée, j'ai été déçu car on m'a dit de limiter l'histoire du jeu à 500 mots. Tous ces mots, sauf environ 90, ont été coupés. Le premier paragraphe concernait les courses incessantes du gardien de Memphis Elliott Perry vers le cerceau, le second du champ de tir scandaleux du gardien du Tennessee Allan Houston. Le troisième et dernier paragraphe avait le score final : Memphis 74, Tennessee 72.

Des années plus tard, j'étais assis dans un bar avec une table remplie de rédacteurs sportifs et de rédacteurs en chef, dont Pierce et Dan McGrath, diplômés de Marquette. Nous étions à Milwaukee pour regarder un match de basket. Quand ce fut à mon tour de partager une histoire d'horreur nationale, j'ai raconté le voyage coûteux à Knoxville. Terry Bannon : « Vous voulez dire que vous ne valez pas 300 $ le paragraphe ? »

Pierce, qui a transformé ses dons considérables en une carrière lucrative d'écrivain de magazine, se concentrant désormais sur la politique, a jeté son bras sur ma poitrine à la manière d'un avocat de la défense muselant un client.

Il s'est penché en avant et a dit: "Hé, même moi, je ne vaux pas 300 $ le paragraphe." Un grand talent et pas timide à ce sujet, il avait de la compagnie au National.

Comme la plupart, Knisley a déclaré qu'il ne regrettait pas d'avoir pris le risque. Il souhaite juste que cela dure plus longtemps.

« La solution à tous les problèmes était d'y consacrer plus d'argent », a-t-il déclaré.

Le journal a pris la note pour nous emmener à New York, nous a hébergés et nous a nourris afin que nous puissions assister à une fête de Noël plus d'un mois avant la parution de la première édition.

Alors que le journal saignait de l'argent sur la voie de l'extinction, les membres du personnel ont été réaffectés à de nouveaux bureaux plutôt que licenciés. Toutes les réaffectations n'avaient pas de sens. Par exemple, Vancil, la voix la plus perspicace de la série de 10 épisodes de Michael Jordan d'ESPN "The Last Dance" a été réaffectée à Denver, même si Jordan était l'athlète le plus en vue de la planète et Vancil était plus proche de lui que n'importe quel membre légitime des médias.

Bon, au moins ils ne nous ont pas licenciés.

Frank Deford tient une épreuve de la couverture finale.

La nouvelle a éclaté la veille du fait que le 13 juin 1991 serait l'édition finale. C'était un moment où tu te souviens où tu étais. J'étais au Wrigley Field, couvrant la victoire 6-1 des Cubs sur les Giants. Shaw m'a fait savoir lors d'un appel téléphonique que la fête était terminée. J'ai marché derrière la tribune de la presse jusqu'à la salle où les rédacteurs de beats avaient des casiers de rangement et j'ai rayé mon livre de scores contre le mur. C'était dans les airs lorsque Joe Goddard du Chicago Sun-Times est sorti de la salle de bain. J'ai fait le premier paragraphe de l'histoire du Sun-Times. Woo-hoo, regarde maman, je suis célèbre !Et je suis mort de peur, en regardant une hypothèque avec trois enfants à nourrir. Knisley se souvient du moment où il a appris que la planche sur laquelle nous avons marché pendant près d'un an et demi était jetée dans un feu de joie : La réunion a duré une heure, une heure et demie, et quand nous sommes sortis de la salle de réunion, tous les gens dans la salle de rédaction étaient en larmes, se tordant les mains, s'arrachant les cheveux. Nous avons fait faillite pendant que nous préparions le journal du lendemain. Nous avons dû y retourner et le refaire.

Une lettre envoyée par DeFord à l'ensemble du personnel de The National claironne la force du journal quelques mois seulement avant sa fermeture.

Le cadavre de The National n'était même pas encore froid lorsque nous avons tous reçu par la poste l'un des livres signés de Deford avec un message identique, écrit avec ce stylo-feutre violet et daté du 21 juin 1991 : « Merci d'être venu avec moi dans cette merveilleuse aventure.

Si seulement il avait pu avoir une oreille moins grêle que celle de Marie-Antoinette.

Lorsque Shaw a mentionné le livre « gratuit » à Ratto, il a été corrigé.

Le cadeau d'adieu de Frank Deford à son personnel, une copie d'un de ses livres.

"Ce livre m'a coûté 75 $", a déclaré Ratto. "Je l'ai jeté par la fenêtre et j'ai dû acheter une nouvelle fenêtre."

Avez-vous vraiment lancé « Le plus grand nain du monde : Le meilleur de Frank Deford » par votre fenêtre, Ray ?

"Non", a déclaré Ratto. « J'étais juste un connard. Je veux dire, il semblait qu'il célébrait la fin de The National en nettoyant son garage.

Plusieurs heures après l'annonce de l'implosion imminente de The National, les Bulls ont battu les Lakers pour le premier championnat NBA de Jordan. La suggestion du titre que j'ai appelée a été rejetée : « LAKERS FOLD AND SO DO WE. »

Quatre mois et demi plus tôt, la lettre de Deford, écrite le jour du premier anniversaire du lancement et envoyée aux membres du personnel, avait pour but de nous rassurer que le journal n'était pas en difficulté. Il a fait le contraire.

Shaw a sauvé la lettre. Un échantillon de son contenu :

"(rumeurs de décès propagées par)... des amis envieux dans l'entreprise."

Envie d'un siège sur le Titanic ?

Et : "... à 7h30 dans une tribune quelque part, un type de l'East Cupcake Gazette vous dit qu'il est dommage que THE NATIONAL soit vendu au cartel de la drogue de Medelin (sic) et transformé en un hebdomadaire international d'armes à feu - et -bulletin de munitions. Et non seulement vous croyez le gars, mais vous faites passer l'histoire comme un évangile.

Oui, Frank, parce que les rédacteurs sportifs cyniques par nature sont tellement crédules. Soit dit en passant, je suppose que l'East Cupcake Gazette était plus facile à trouver pour les lecteurs que The National.

Deford a noté qu'une baisse de la circulation pourrait être attribuée en grande partie à l'augmentation des coûts de 50 cents à 75 cents : « … la majeure partie de cela vient des boîtes à pièces, où les gens n'ont tout simplement pas la bonne monnaie. Ils apprendront à apporter plus de changement.

Why stop there? Why not set up 110 meters worth of high hurdles in front of each coin box? They will learn to count their steps. Let them eat cake, or in the case of the reporters at the Gazette, cupcakes.

From the letter’s final sentence: “...save your frequent flyer points to come to New York for the fabulous second anniversary party on January 31, 1992.”

By National standards, that qualified as improved budget management. The plan still called for spending for a lavish party, but this time they weren’t going to pay for our flights. We fell seven-and-a-half months and nine figures short of celebrating ourselves, yet again. Optimist that I am, I choose to look back on the bright side: Those frequent flyer miles, plus Marriott points accrued on the job, came in handy on a trip to Maui.

Basé à Michigan City, dans l'Indiana, Tom Keegan est un écrivain indépendant qui a fait partie du personnel de l'Orange County Register, du National, du New York Post et du Lawrence Journal-World, entre autres journaux.

Suggested posts

Entrez dans la boîte des frappeurs contre ce type… si vous l'osez !

Entrez dans la boîte des frappeurs contre ce type… si vous l'osez !

Austin Adams a frappé 24 frappeurs cette saison. Seriez-vous à la hauteur dans un match de Ligue majeure si vous saviez qu'il y avait 10 % de chances que vous soyez sur le point d'être touché par l'un des terrains ? Peut-être que vous mettriez un pied dans la boîte et resteriez dans le coin en espérant que le lanceur avait suffisamment de contrôle cette fois, mais chaque fois que ce lanceur commençait sa liquidation, ne serait-il pas en train de courir dans votre esprit : « Où va celui-ci aller? Suis-je sur le point d'être frappé au visage ? Suis-je trop inquiet d'être touché par ce prochain lancer pour qu'il me fasse sauter une balle rapide? Et s'il lance un curseur qui démarre et qui semble vouloir me frapper, puis pénètre dans la zone de frappe ? » Toutes les bonnes questions ! (Que vous auriez des millisecondes pour réfléchir.

Related posts

La course à domicile de la MLB s'annonce plutôt bien

La course à domicile de la MLB s'annonce plutôt bien

Vlad Guerrero Jr., Shohei Ohtani et Salvador Perez se battent pour la couronne HR.

Nous avons toujours su que Notre Dame était un tas de drum-dums

Nous avons toujours su que Notre Dame était un tas de drum-dums

Le tambour Purdue est trop gros pour tenir dans cette image. Le summum de l'architecture catholique est la chapelle Sixtine, réputée surtout pour son plafond de 44 pieds qui présente La Création d'Adam de Michel-Ange.

La rumeur de Beane to Mets est tout ce qui reste à s'interroger dans le Queens moribond

La rumeur de Beane to Mets est tout ce qui reste à s'interroger dans le Queens moribond

C'était à New York, monsieur. Comment septembre a-t-il traité les Mets ? Eh bien, peut-être qu'ils ramèneront bientôt Billy Beane, 35 ans après l'avoir échangé – leur ancien choix de première ronde – avec Joe Klink et Bill Latham contre Tim Teufel ? Et, oui, bien sûr, les Mets en ont perdu encore un- jeu de course, 4-3, aux Phillies.

Que mange un footballeur vegan ? beaucoup de crêpes

Que mange un footballeur vegan ? beaucoup de crêpes

Quand je regarde un joueur de ligne de la NFL, je pense « steak ». Je pense « des portions pleines de pommes de terre.

MORE COOL STUFF

"Règles Vanderpump": Lala Kent a critiqué le fiancé de Scheana Shay pour être un père absent, voici pourquoi il n'a pas vu ses enfants

"Règles Vanderpump": Lala Kent a critiqué le fiancé de Scheana Shay pour être un père absent, voici pourquoi il n'a pas vu ses enfants

Les stars de "Vanderpump Rules" sont connues pour se quereller. Récemment, Lala Kent a fait de sérieuses réclamations contre le fiancé de Scheana Shay.

'Chicago PD' Saison 9: Kim Burgess n'est pas encore 'à travers les bois' avec des blessures, prévient le producteur exécutif

'Chicago PD' Saison 9: Kim Burgess n'est pas encore 'à travers les bois' avec des blessures, prévient le producteur exécutif

La saison 9 de "Chicago PD" commence probablement par des mises à jour sur Kim Burgess. Et le producteur exécutif a donné un avertissement au sujet de ses blessures.

Où pouvez-vous regarder le film d'horreur "Last Night in Soho" ?

Où pouvez-vous regarder le film d'horreur "Last Night in Soho" ?

L'horreur psychologique britannique «Last Night in Soho» fera ses débuts dans les salles en octobre 2021, mais les téléspectateurs peuvent-ils la diffuser?

Emmy Predictions 2021: Pourquoi «La semaine dernière ce soir avec John Oliver» remportera une victoire

Emmy Predictions 2021: Pourquoi «La semaine dernière ce soir avec John Oliver» remportera une victoire

Les prédictions des Emmy 2021 suggèrent que «La semaine dernière ce soir avec John Oliver» remportera le trophée de la série de discussions sur les variétés exceptionnelles.

Pourquoi le Shabbat est-il si central dans la tradition juive ?

Pourquoi le Shabbat est-il si central dans la tradition juive ?

Shabbat est la fête qui est au cœur de la vie juive, se produisant chaque vendredi au coucher du soleil jusqu'au samedi soir. Mais qu'est-ce que c'est et comment est-il observé ?

Qui était le plus jeune président américain ?

Qui était le plus jeune président américain ?

Il faut avoir au moins 35 ans pour être président des États-Unis. Alors, est-ce que quelqu'un s'en est approché ?

L'étrange histoire de "Killdozer" et de l'homme qui se cache derrière

L'étrange histoire de "Killdozer" et de l'homme qui se cache derrière

L'incident de 2004 à Granby, au Colorado, a détruit la moitié de la ville. Aujourd'hui, 17 ans plus tard, Marvin Heemeyer, l'homme qui a piloté le char qui a écrasé la bibliothèque et la mairie, est devenu un héros pour les extrémistes antigouvernementaux.

Quel est le numéro manquant ?

Quel est le numéro manquant ?

Voyez si vous pouvez trouver le nombre manquant avec notre jeu de mathématiques amusant sur HowStuffWorks !

Tayshia Adams admet avoir vécu des moments « difficiles » avec son fiancé Zac Clark : « Nous voulons que cela fonctionne »

Tayshia Adams admet avoir vécu des moments « difficiles » avec son fiancé Zac Clark : « Nous voulons que cela fonctionne »

"Cela a été assez difficile, mais en même temps, nous nous aimons et nous voulons que cela fonctionne", a déclaré Adams à PEOPLE au iHeartRadio Music Festival à Las Vegas samedi.

Sam Hunt n'aime pas écrire des chansons sur des personnes avec lesquelles il est "directement impliqué"

Sam Hunt n'aime pas écrire des chansons sur des personnes avec lesquelles il est "directement impliqué"

"J'aime ce sentiment de joie et de tristesse dans la musique. Je suis vraiment attiré. Cela ressort quand j'écris pas mal", a déclaré Hunt à PEOPLE au iHeartRadio Music Festival à Las Vegas samedi.

Amy Schumer révèle qu'elle a eu son utérus et son appendice retirés à cause de l'endométriose

Amy Schumer révèle qu'elle a eu son utérus et son appendice retirés à cause de l'endométriose

Amy Schumer a détaillé l'ablation de son utérus et de son appendice en raison d'une endométriose dans une vidéo prise par son mari Chris Fischer à l'hôpital

Le conseiller municipal de W. Va. décède après la chute d'un arbre sur sa voiture alors qu'il escortait son fils à l'entraînement de football

Le conseiller municipal de W. Va. décède après la chute d'un arbre sur sa voiture alors qu'il escortait son fils à l'entraînement de football

Les habitants et les environs de la capitale de la Virginie-Occidentale pleurent la perte du conseiller municipal de Charleston, John Kennedy Bailey, décédé mercredi dans un accident de voiture

Dessins dangereux

Dessins dangereux

Une interview de l'artiste new-yorkais Jesse Stern. Dans cette interview, la rédactrice en chef de The Blue Review, Lauren Amalia Redding, interroge le dessinateur new-yorkais, Jesse Stern, à la fois sur lui-même et sur ses dessins exquis et tendus.

Créez une application Todo avec GraphQL, React, MongoDB et Apollo (côté client)

Apprenez à utiliser Mutation et Query dans l'application React

Créez une application Todo avec GraphQL, React, MongoDB et Apollo (côté client)

Dans l'article précédent, nous avons déjà créé le côté serveur. Dans cet article, nous allons construire le côté client et effectuer les opérations CRUD.

5 référentiels GitHub les plus populaires pour apprendre le développement Web

Référentiels populaires pour apprendre et maîtriser le développement Web

5 référentiels GitHub les plus populaires pour apprendre le développement Web

GitHub est la plus grande communauté open source. Il y a un million de ressources disponibles sur GitHub pour que vous appreniez presque tout ce que vous voulez.

Service d'inversion du permis de conduire numérique de NSW

Service d'inversion du permis de conduire numérique de NSW

Récemment, Service NSW a annoncé qu'il intégrerait les « certificats » de vaccin COVID-19 dans la fonctionnalité d'enregistrement de son application Service NSW. Il y a eu très peu d'informations ou de discussions publiques sur la façon dont ils vont procéder.

Language